Nico Prono, SBK prono, Paris Sportif… Vous avez probablement déjà entendu ces noms sortir de la story d’une figure emblématique du « Rap Game » ou de la scène urbaine. Cette fille aux 50 000 abonnées sur Instagram vous a déjà conté les changements incroyables que lui apportaient l’utilisation quotidienne de cette nouvelle crème à base d’aloe vera ? Vous vous êtes également intéressé au trading du Bitcoin lorsqu’une professionnelle de de la télé-réalité vous a convaincu d’avoir gagné des milliers d’euros avec une application révolutionnaire ?  Pas de panique, vous n’êtes pas le seul, tout comme 34% des internautes, vous êtes abonné à un influenceur.

La notoriété à tout prix.

Aujourd’hui, adulés par les marques, les influenceurs sont devenus de véritables machines à vendre, et font partie intégrante des stratégies marketing de vos enseignes favorites. A titre d’exemple, 1/3 des jeunes consommateurs réalisent des achats à partir d’infos consultées sur les blogs. L’intérêt particulier qu’ont porté les marques au marché de l’influence et plus particulièrement à ses protagonistes a ouvert les portes d’un monde sans limite avec pour saint Graal des milliers d’abonnés.

Faire croître sa communauté étant synonyme d’augmentation de revenu, il n’est pas rare de voir des pseudo-influenceurs employer des pratiques grossières et peu scrupuleuses comme l’achat d’abonnés fictifs. Constamment en quête de buzz sur leur personne, ils ont pris d’assaut les lieux à forte audience et c’est ainsi que nous avons assisté à la naissance de personnages toujours plus extravagants que nous a apportés la télé-réalité.

Le rôle majeur des influenceurs sur la décadence de la jeunesse

Il est donc légitime de se questionner sur l’influence que ces derniers exercent sur leur public. Si l’obtention de leur notoriété s’est réalisée via des canaux douteux, il est indéniable que l’image qu’ils véhiculeront en sera tout autant malsaine. 55% des influenceurs se situent dans la tranche d’âge 19 à 30 ans, et s’adressent donc à un public jeune 13 – 25 ans. Ces millénials se nourrisse à longueur de journée de contenu sur les réseaux sociaux, et son aisément influençable par l’avis de leurs « idoles ». Les mœurs, le style de vie et les habitudes de ces millénials sont alors calqués sur ceux de ces influenceurs laissant place à des dérives de comportement dans les établissements scolaires.

Des influenceurs éthiques dans un marché inondé

Il existe cependant un groupuscule d’influenceurs éthiques qui créent du contenu qui leur ressemble et n’acceptent que les contrats de marques qui correspondent à leurs valeurs. Cependant il n’est pas presque pas possible de vérifier si le mode de vie qu’ils prônent sur leurs réseaux sociaux n’est pas une illusion créée dans le but d’acquérir toujours plus de followers.