Depuis maintenant quelques années, avec l’explosion des réseaux sociaux nous sommes exposés en continu à la publicité ciblée, sauf que dans certains cas ce ciblage dépasse certaines limites …

 YouTube et son algorithme à problème

En effet YouTube est sujet à de nombreuses polémiques concernant la publicité ciblée sur sa plateforme, que ce soit des publicités sur du contenu ne correspondant pas avec le sujet des vidéos ou même qui apparaît carrément sur des contenus très controversés. Certains annonceurs restreignent même dorénavant les publicités sur les plateformes telles que Mc Donald, L’Oréal et bien d’autres.

Les faits ? Certaines publicités apparaissent sur des vidéos de théorie du complot, des vidéos qui prônent l’anti-vaccination,  ou même sur du contenu qui fait l’apologie du terrorisme. C’est notamment le cas très récemment d’une nouvelle polémique au sujet de vidéos mettant en avant l’exploitation de mineur, des miniatures sexuellement douteuses ou même des vidéos qui redirige vers des réseaux pédophiles.

On peut donc facilement comprendre pourquoi certaines entreprises réfutent le fait d’apparaitre sur ce genre de contenu

Facebook et son ciblage douteux

Mais ce n’est pas seulement le cas de YouTube et d’autres réseaux sociaux subissent des problématiques de ce type. C’est également le cas de Facebook, qui de par ses nombreuses options de ciblages incluant des données plus ou moins sensible comme la religion, l’orientation sexuelle ou politique. Cela pose un réel problème d’éthique au niveau de la vie privée et de l’utilisation des données personnels, heureusement le réseau social n°1 a vite annoncé la suppression d’un nombre important de critères de ce type. Toutefois cela n’a pas empêché une nouvelle bavure puisqu’un média américain a réussi à cibler un grand nombre de personnes considérées intéressées par le nazisme 

Est-il donc possible d’éviter ce genre de ciblage problématique avec des algorithmes et l’utilisation des données personnelles toujours plus poussées ? Le fait de tout automatiser ne pose-t-il pas un problème d’éthique difficile à réguler par l’humain ?