Créé en 2005 puis racheté par le géant Google, Youtube est une plateforme d’hébergement et de diffusion de vidéo en streaming. Devenu l’un des sites les plus visités au monde, Youtube est aujourd’hui un réseau social incontournable. Inutile de vous expliquer l’histoire et le fonctionnement de youtube : vous connaissez déjà parfaitement cette plateforme.

Source de divertissement et d’information, tout n’est pourtant pas rose dans l’univers de la vidéo. Plusieurs polémiques ont vu le jour au sujet de la démonétisation abusive de vidéos féministes, de la nouvelle politique des droits d’auteur ou encore de la démonétisation de contenus montrant des enfants.

Démonétisation de sujets traitant de la sexualité féminine

Les Internettes ont récemment mis en lumière un problème : les vidéos uploadées parlant du corps des femmes sont démonétisées. Pensant d’abord que cette censure s’appliquait à toutes les vidéos abordant la sexualité, qui reste un sujet sensible encore aujourd’hui, elles se sont rendu compte que seule les femmes étaient touchées. En mettant en ligne deux vidéos traitant des mêmes sujets mais l’une concernant les femmes et l’autre les hommes, seule la vidéo concernant les femmes était démonétisée.

Il faut bien comprendre que démonétisé une vidéo entraîne plusieurs conséquences : d’une part le créateur voit ses revenus baisser voire disparaître, mais aussi la vidéo en elle-même est boycotté par youtube. Elle n’est pas mise en avant, et sera donc visionnée par beaucoup moins d’internautes. Un manque de visibilité pour des sujets de société importants.

Le problème vient-il de Youtube ? Pas vraiment. En réalité, ce sont les annonceurs qui dictent les règles. La plupart des sociétés ne veulent pas être associées à de tels sujets. Une publicité coca-cola avant une vidéo parlant de menstruations ? Très peu pour eux. Une mentalité qui, espérons-le, changera avec le temps …

La démonétisation des contenus à caractère pédopornographique ?

Un autre scandale a éclaté en 2018, notamment grâce à la vidéo du Roi des Rats, un youtubeur traitant de sujets sensibles sur Youtube. Des vidéos innocentes d’enfants faisant de la gymnastique étaient la cible d’internautes louches, dont les intentions, elles, étaient clairement annoncées. Après cette révélation, plusieurs annonceurs se sont retirés de Youtube, et c’est seulement à ce moment que la plateforme s’est affolée : pas question de perdre ces gros annonceurs, qui représentent le principal apport financier du réseau. Youtube a alors pris de réelles mesures, supprimant des milliers de chaînes, interdisant les commentaires et en fichant les personnes susceptibles d’appartenir à un réseau pédophile. Mais les publicités resteront sur la plupart des vidéos, évidemment, dans le seul intérêt de Youtube. Des mesures auxquelles on adhère, mais qui ont pris beaucoup trop de temps à être mises en place, et qui restent anecdotiques pour la plupart. Youtube reste donc très opaques et souvent sourd aux réclamations des internautes et des vidéastes. La démonétisation des vidéos montrant le corps des femmes reste un mystère, et renvoie à des mentalités d’un autre temps, tandis que la censure de vidéos mettant en scène des enfants reste évidemment un point positif pour leur sécurité.

Reste à savoir si la plateforme décidera de rendre ses méthodes plus transparentes dans le futur, dans l’intérêt commun.